L’art du verre soufflé-bouche

Vous l’aurez certainement remarqué, il existe une multitude de verres à vin aux designs et aux tarifs variés. Au-delà de son esthétique, c’est la méthode de fabrication qui fera la différence sur la qualité de votre verre et sur son prix. En tant que passionné, nous avons opté pour un design fin et élégant qui ne peut être obtenu qu’avec la méthode de fabrication artisanale du verre soufflé-bouche rendant chaque verre unique.

 

Comment le verre à vin est-il fabriqué ?

Il existe plusieurs techniques de fabrications du verre à vin, mais deux grandes méthodes sont utilisées par les verriers : 

  • La méthode traditionnelle du soufflé-bouche demande une incroyable adresse, une rigueur permanente et un savoir-faire transmis de génération en génération. Elle consiste à recueillir le verre en fusion au bout d’une tige métallique creuse. 
  • Les méthodes de production mécaniques permettent d’obtenir des volumes importants à moindre coût. La qualité n’est alors pas toujours au rendez-vous et les finitions du verre sont parfois bâclées. Vous noterez par exemple ce trait qui longe la tige du verre et que l’on ressent parfois sous ses doigts au moment de déguster sur les verres mécaniques.

Le verre soufflé à la bouche permet d’obtenir une finesse et une légèreté non atteignable par une autre technique de fabrication tout en gardant une solidité importante. Elle rend chaque verre unique et porte tout le savoir-faire de l’artisan verrier qui l’a produit.

 

Verre ou cristal, que choisir ?

Dans le cas des verres Sydonios, nous avons opté pour des verres en cristal sans plomb, afin de garantir une qualité de dégustation exceptionnelle et de s’affranchir des contraintes liées au cristal.

Il existe plusieurs grandes familles de verres dont la composition chimique et les propriétés physiques diffèrent. Dans le cas des verres à vin, les matériaux que l’on retrouve le plus souvent sur les tables sont :

  • Le verre sodocalcique : Il est partout, c’est le plus commun des verres. Il se compose essentiellement de sable (silice) auquel on ajoute de la soude, de la potasse et de la chaux. Pour la dégustation, on lui reprochera un éclat et une pureté moindre que le cristal ou le cristal sans plomb. 
  • Le cristal : On remplace la chaux par de l’oxyde de plomb (au moins 24%). Les qualités mécaniques du cristal assurent un niveau de transparence inégalable pour la dégustation. Toutefois, le verre en cristal ne passe pas au lave-vaisselle, ce qui est parfois dissuasif au moment de sortir une bonne bouteille.
  • Le cristal sans plomb : Il permet d’atteindre le même niveau de finesse que le cristal, une transparence quasi égale à celui-ci, mais sans les contraintes du plomb. Le verre est ainsi lavable en machine. Plus de scrupule à le sortir à chaque dégustation !

Vous voulez en savoir plus ?

Vous pouvez suivre notre histoire sur instagram et sur facebook.